Traitement de la spondylarthrite axiale (axSpA), y compris de la maladie de Bechterew

La spondylarthrite axiale, y compris la maladie de Bechterew, ne sont pas curables. C’est pourquoi le traitement a pour objectif de réduire les douleurs et l’activité de la maladie et de parvenir à un arrêt de la maladie. Pour ce faire, le médecin et le patient disposent d’un certain nombre de traitements différents. Vous trouvez ici une vue d’ensemble.

 

Actualisé le 04.09.2020 I Temps de lecture de 10 minutes

Pour le traitement de la spondylarthrite axiale (axSpA), y compris de la maladie de Bechterew, des médicaments, des traitements non médicamenteux et, dans certains cas, des interventions chirurgicales sont utilisés. En règle générale, différents traitements sont combinés.

Traitements médicamenteux de la spondylarthrite axiale, y compris de la maladie de Bechterew

Pour traiter la spondylarthrite axiale (axSpA), y compris la maladie de Bechterew, il existe un certain nombre de médicaments avec différents mécanismes d’action.

Il s’agit notamment:

 

AINS

Les AINS peuvent être utilisés pour le traitement symptomatique des douleurs et de l’inflammation, par exemple dans la maladie de Bechterew et d’autres maladies rhumatismales inflammatoires de la colonne vertébrale.

Lors d’une prise à plus long terme, la situation individuelle du patient doit être prise en compte. Les AINS ne doivent jamais être utilisés de sa propre initiative mais seulement selon les recommandations du médecin traitant.
 

DMARDS

Derrière cette abréviation se cache la dénomination anglaise «disease modifying anti-rheumatic drugs». Elle désigne donc des médicaments, qui peuvent influencer favorablement l’évolution d’une maladie rhumatismale inflammatoire en intervenant de manière ciblée sur des processus immunologiques et inflammatoires.

Les DMARD doivent être pris de manière conséquente sur une période prolongée, car les effets du traitement ne se produisent qu’au cours d’environ trois mois.
 

bDMARDS (biologiques)

Les bDMARDS sont des DMARDS biologiques. Les patients présentant une forte activité de la maladie qui ne répondent pas suffisamment aux AINS sont aujourd’hui traités avec des médicaments biologiques dérivés de certaines protéines.

Depuis quelques années, des « biosimilaires » (imitations de médicaments biotechnologiques) sont également disponibles. Un biosimilaire est très semblable à l’original (similaire) mais il n’est jamais exactement le même en raison du processus de fabrication complexe.

On distingue:

  • Inhibiteurs du facteur de nécrose tumorale (TNF) alpha

Ces médicaments sont composés de substances dérivées de la technologie génétique. Les inhibiteurs du TNF agissent en inhibant le fonctionnement d’une protéine appelée facteur de nécrose tumorale (TNF) alpha. Cette protéine est impliquée dans les processus inflammatoires du corps. L’inhibition du TNF-alpha peut réduire l’inflammation dans le corps.

  • Inhibiteurs de l’interleukine-17

Les IL-17 sont des anticorps monoclonaux qui détectent et se lient à certaines protéines dans le corps.

Les inhibiteurs de l’interleukine (inhibiteurs de l’IL) agissent en diminuant l’activité d’une interleukine (messager des cellules du système immunitaire) présent à des concentrations élevées dans la maladie de Bechterew (spondylarthrite ankylosante). Les inhibiteurs de l’IL-17 sont utilisés pour réduire les signes et les symptômes de la maladie ainsi que l’inflammation et améliorer la capacité fonctionnelle du corps.
 

Autres médicaments

Parfois, d’autres médicaments sont également utilisés. La Salazopyrin et le méthotrexate sont recommandés pour les patients chez qui des articulations des bras et des jambes sont impliquées. Les préparations à base de cortisone peuvent être utiles sous forme d’injections locales ou sous forme de gouttes lorsque les yeux sont touchés par l’inflammation. Les relaxants musculaires et les psychotropes sont également prescrits si nécessaire.

Traitements non médicamenteux de la spondylarthrite axiale (axSpA), y compris de la maladie de Bechterew

Le traitement non médicamenteux est principalement la thérapie par le mouvement. L’activité physique est, en plus du traitement médicamenteux habituellement effectué en parallèle, un pilier essentiel du concept thérapeutique de l’axSpA. Par activité physique, on entend l’augmentation de l’activité quotidienne, l’activité sportive et la mise en œuvre de mesures physiothérapeutiques.
 

L’exercice et le sport

L’exercice est un élément fondamental dans le traitement des patients atteints d’axSpA, y compris de la maladie de Bechterev. L’exercice et le sport réguliers permettent d’atteindre les objectifs suivants.

Il s’agit, notamment:

  • du maintien de la mobilité physique
  • de la réduction de la rigidité
  • de la réduction de la douleur
  • de l’amélioration de la position et de la coordination
  • de la prophylaxie des chutes
  • de l’amélioration du bien-être général

Le choix et l’intensité des activités doivent être discutés avec le médecin traitant. Vous devez apprendre les exercices qui vous conviennent sous la direction d’un professionnel par un physiothérapeute.
 

Traitement de la maladie de Bechterew

Pour les personnes concernées par la maladie de Bechterew, des cours de thérapie spécifiques sont l’une des mesures les plus importantes. L’Association suisse de la spondylarthrite ankylosante propose des thérapies hebdomadaires de la maladie de Bechterew, gérées par des physiothérapeutes spécialisées.

Il est important que les exercices appris soient répétés à domicile de façon autonome et que le mouvement soit intégré dans le déroulement de la journée. En combinaison avec la thérapie médicamenteuse, cela peut conduire à une amélioration supplémentaire de la mobilité et du fonctionnement dans la vie quotidienne.
 

Ergothérapie

Le but de l’ergothérapie est d’apprendre des séquences de mouvements articulaires afin de soulager les douleurs et de ne pas trop fatiguer les articulations non affectées en raison de faux mouvements. Les ergothérapeutes fournissent également des informations sur des moyens auxiliaires dans la vie quotidienne et la pratique de leur bonne utilisation. Par exemple, des poignées d’extension pour les chausse-pieds ou les peignes offrent un soutien précieux dans la vie quotidienne. L’utilisation correcte des moyens auxiliaires a été entrainée avec des personnes concernées. L’ergothérapie n’est également considérée comme ayant un effet positif que si elle est pratiquée de façon conséquente et régulière.
 

Thérapie physique

Le but de la thérapie physique est avant tout de soulager les douleurs. Le spectre de la thérapie physique comprend, entre autres:

  • La gymnastique thérapeutique
  • Applications du froid (par exemple. sacs de glace)
  • Application du chaud (par exemple : cataplasmes de boue, cataplasmes de tourbe, lumière infrarouge)
  • Balnéothérapie (par exemple: bains thermaux ou bains au sel de mer)
  • Massages
  • Electrothérapie


Changement de régime alimentaire

Des rapports de personnes concernées montrent que l’alimentation, en combinaison avec d’autres méthodes, peut avoir un effet positif sur les symptômes. Cela ne signifie pas renoncer à une alimentation savoureuse.

Certains composants de la nourriture sont utilisés là où les médicaments anti-inflammatoires sont efficaces. Il y a des substances qui augmentent l’inflammation et celles qui réduisent l’inflammation. En conséquence, une alimentation anti-inflammatoire peut, dans le meilleur des cas, contribuer à réduire le processus de l’inflammation rhumatismale et à réduire la fréquence des poussées de la maladie. Une alimentation saine permet également de réduire le risque d’ostéoporose, en général plus élevé dans le cas de la maladie de Bechterew.
 

Gestion mentale de la maladie

Un conseil psychologique peut également être un atout précieux. Il peut contribuer à accepter la maladie chronique. Les programmes de gestion de la douleur peuvent également vous aider à mieux faire face à la vie quotidienne.

Instructions professionnelles pour la pratique à domicile?

 

En savoir plus

Vérifié sur le plan médical par Daniel Koch, Senior Specialist Medical Affairs, MSD Suisse

Daniel Koch est actif depuis plus de 35 ans à différents postes dans le secteur pharmaceutique, dont 30 ans chez MSD. Depuis 2011, il travaille en tant que Spécialiste sénior des affaires médicales dans le domaine de l’immunologie comprenant les maladies inflammatoires chroniques telles que la spondylarthrite axiale, la polyarthrite rhumatoïde et le rhumatisme psoriasique.

 


CH-NON-00025; 09/2020

Ihr Browser oder dessen Version ist veraltet und diese Seite damit nicht darstellbar. Bitte besuchen Sie unsere Seite mit einem aktuellerem Web-Browser. Auf der Webseite browsehappy.com finden Sie eine Auswahl an aktuellen Web-Browsern und jeweils einen Link zu der Herstellerseite.